SCPI ET MARCHE IMMOBILIER : A QUOI FAUT-IL S’ATTENDRE ? Interview de Maxime LECORPS – GROUPE CREDIT DU NORD

Les difficultés de certains indépendants, TPE et PME, liées à la crise actuelle du Covid-19, entraînent des reports de loyers pour les bailleurs. Dans ce contexte particulier, Maxime LECORPS, Directeur de l’Offre et Services pour le Groupe Crédit du Nord, nous donne sa vision du marché de l’immobilier et des SCPI.

1ère question : impact des mesures gouvernementales ?

RESODINFO : Comment les mesures de soutien du gouvernement impactent-elles le marché de l’immobilier et des SCPI ?

Maxime LECORPS : Comme vous le savez, le président de la République a annoncé, entre autres mesures, le report du paiement des loyers pour les plus petites entreprises en difficulté. Dans la foulée, les principales fédérations de bailleurs ont appelé leurs membres à suspendre les loyers.

Concrètement, pour les TPE et les PME dont l’activité a été interrompue par arrêté, cette mesure doit être appliquée de façon automatique : le recouvrement de leurs loyers et charges est suspendu depuis le 1er avril 2020, et lorsque l’activité pourra reprendre, ces loyers et charges feront l’objet de différés de paiement ou d’étalements sans pénalité ni intérêts de retard et adaptés à la situation des entreprises concernées.

Dans la continuité de ces mesures de soutien aux entreprises mises en place par le gouvernement, les sociétés de gestion de SCPI se sont mobilisées pour proposer des reports ou des étalements de loyers. En contrepartie, certaines d’entre elles envisagent de négocier avec les entreprises le prolongement des baux en cours.

2ème question : quid du rendement des SCPI ?

RESODINFO : Les SCPI risquent donc d’être impactées négativement par ces mesures de soutien aux TPE et PME. Pourquoi et dans quelle mesure en quelques mots ?

Maxime LECORPS : La grande majorité des SCPI d’entreprises sont investies en immobilier professionnel (bureaux, commerces, immobilier logistique et de tourisme).

Les conséquences du ralentissement économique engendré par les mesures de confinement sont la baisse du chiffre d’affaires des TPE / PME et, en l’absence de trésorerie suffisante, certaines, les plus fragiles, vont se trouver dans l’impossibilité plus ou moins temporaire, selon la durée de la crise, d’honorer le paiement de leur loyer à leurs bailleurs, parmi lesquels on trouve bon nombre de SCPI.

Si la crise devait perdurer, le manque à gagner lié aux cessations de paiement et aux reports de loyers pourrait amener les sociétés de gestion à distribuer des dividendes moins importants au porteurs de parts de SCPI.

En bref, le principal facteur qui conditionnera le comportement des SCPI est le facteur temps … Quelle va être la durée de la crise ?

3ème question : que doit faire l’investisseur ?

RESODINFO : dans le contexte actuel de crise sanitaire et financière, quels sont les principaux points d’attention et critères d’analyse des SCPI ?

Maxime LECORPS : Malgré le contexte actuel, cette classe d’actifs conserve de nombreux points positifs.

En premier lieu, la diversification des actifs immobiliers. Les SCPI qui ont su constituer leur patrimoine immobilier en investissant dans des actifs diversifiés tant d’un point de vue géographique que sectoriel, devraient mieux résister à la crise. Il en est de même pour celles qui peuvent s’appuyer sur un patrimoine immobilier conséquent et qui ont été attentives à la qualité des locataires. Enfin, comme dans tout placement immobilier, les SCPI qui ont privilégié des emplacements de qualité devraient connaître moins de difficultés pour retrouver des locataires en cas de défaillance de l’un d’entre eux.

De plus, si la crise sanitaire liée au Covid-19 est susceptible de peser sur le marché des SCPI, son impact sera comparativement, et très certainement, de plus grande ampleur sur les marchés financiers. L’investissement dans l’immobilier, qui doit toujours s’envisager dans une optique de long terme, permet de laisser le temps au temps, et de gommer les fortes variations à la baisse.

Enfin, les mesures prises par les gouvernements et les Banques Centrales sont le signe d’un soutien très marqué pour maintenir l’activité économique. Cela pèsera positivement sur la trésorerie des entreprises, leur capacité à faire face à leurs échéances de loyers et donc la capacité des SCPI à maintenir leur niveau de distribution.

4ème question : le positionnement du groupe CREDIT DU NORD

RESODINFO : Quel est le positionnement de l’offre SCPI du Groupe Crédit du Nord dans ce contexte ?

Maxime LECORPS : Globalement, notre offre de SCPI permet de bénéficier des différents atouts que nous avons évoqués : diversification géographique et sectorielle des investissements, qualité des locataires, réserve de trésorerie permettant le paiement des dividendes… Surtout, le principe de mutualisation des investissements de nos SCPI partenaires joue aujourd’hui pleinement son rôle ; la part des TPE notamment dans les portefeuilles est minoritaire. Autre point positif, nos SCPI partenaires sont faiblement endettées et la dette contractée est essentiellement une dette long terme et à taux fixe donc sans aléa sur les taux d’intérêts.

Le choix du Groupe Crédit du Nord d’une offre concentrée et qualitative est à ce jour une stratégie payante pour nos clients patrimoniaux et Banque Privée. Le critère du rendement n’est pas le seul critère qui doit être analysé, et l’expérience de nos partenaires dans la gestion des différentes crises passées est aussi un atout indéniable pour nos clients.

En conclusion, l’objectif de nos partenaires SCPI est bien entendu d’accompagner au mieux, dans le cadre du dispositif gouvernemental, leurs locataires qui sont ou seront en difficulté. Mais aucun de nos partenaires ne souffrent de problèmes de trésorerie ; ils peuvent ainsi faire face aux demandes de retrait qui restent très limitées à ce jour et les SCPI de ces sociétés de gestion verseront des dividendes aux porteurs de part.

L’investissement en SCPI reste, malgré la crise actuelle, une véritable opportunité pour le long terme ; la collecte est d’ailleurs toujours active sur les SCPI de nos partenaires.

COPYRIGHT PHOTO : Géraldine ARESTEANU